CURR (Cultures des RĂ©voltes et RĂ©volutions)


Accueil :

Depuis la grande crise dĂ©mographique et Ă©conomique du XIVe siècle qui traversa l’Europe Ă  la fin du moyen-âge, et jusqu’aux premières secousses rĂ©volutionnaires du XVIIIe siècle, de nombreux soulèvements populaires Ă©branlèrent la plupart des principautĂ©s, royaumes et empires du vieux monde chrĂ©tien europĂ©en. Jacqueries paysannes, soulèvements antiseigneuriaux, Ă©meutes urbaines et rĂ©voltes millĂ©naristes, puritaines, voire prophĂ©tiques comme celle des camisards, mirent en mouvement des millions d’hommes qui prirent la parole, contestèrent et, parfois, s’armèrent et s’insurgèrent contre les pouvoirs Ă©tablis : ils rompaient ainsi avec la norme politique, lĂ©gislative et parfois religieuse de leur sociĂ©tĂ©.

L’histoire les reprĂ©sente le plus souvent sous la forme de foules anonymes, sans visage et sans voix, et quand ces foules rĂ©voltĂ©es parlent et agissent, elles vocifèrent et crient, quelquefois elles dĂ©truisent et massacrent. Les deux principaux moteurs des rĂ©voltes rĂ©sideraient dans la peur et dans la violence de ces masses sans nom.

A l’analphabĂ©tisme des rĂ©voltĂ©s qui n’auraient laissĂ© que peu de tĂ©moignages Ă©crits de ces rĂ©voltes rĂ©pond la destruction des traces de la « sĂ©dition Â» par les autoritĂ©s en place ; toutes souhaitent oublier et effacer le souvenir des rĂ©bellions, allant jusqu’Ă  la damnatio memoriae.

Or, l’historien dispose de multiples indices pour retracer les soulèvements populaires et les analyser. Si la pratique de l’Ă©crit Ă©tait limitĂ©e, son usage Ă©tait rĂ©pandu, diffusĂ© par les voies orale et iconographique. Dans les limites de l’alphabĂ©tisation, de très nombreux tĂ©moignages sont parvenus jusqu’Ă  nous pour comprendre ces mouvements de rĂ©volte. Les apports de l’anthropologie historique offrent des angles d’approche diffĂ©renciĂ©e (gestes, cris, comportements…)


Le projet d’Ă©tude des Cultures des RĂ©voltes et des RĂ©volutions visent Ă  dĂ©crire, comprendre et analyser ces tĂ©moignages des rĂ©voltes par le biais de leurs productions culturelles. Ces productions apparaissent de nature variĂ©e : mises en scène, rĂ©cits, monuments, proclamation, chansons, iconographies… Leurs supports sont autant de moyens de communication de la rĂ©volte, qu’il s’agisse de l’imprimerie, de l’oralitĂ©, ou de la culture visuelle.

Autour d’un groupe d’une trentaine de chercheurs, français et Ă©trangers associĂ©s, le projet Cultures des RĂ©voltes et des RĂ©volutions vise Ă  effectuer un panorama des productions et des moyens de communication  utilisĂ©s durant les rĂ©voltes et les rĂ©volutions non seulement dans le domaine français, mais aussi Ă  l’Ă©chelle europĂ©enne, autour de 6 axes : l’iconographie, la narration, la mĂ©moire, l’espace et les lieux de la rĂ©volte, les gestes et les comportements de la rĂ©volte et la propagande et la communication des rĂ©voltes.